La marque WinForce, que j’ai présenté dans le magazine Prosécurité il y a quelques mois, propose un catalogue complet de produits tactiques de qualité à des prix compétitifs. A la base une marque destinée au marché chinois, lancée par un professionnel de la production très porté sur la qualité, WinForce devrait rapidement prendre des parts de marché au delà de l’Empire du Milieu. J’ai rencontré son créateur, Mr Sun Lei, à Pékin.

PROTEGOR : Pourriez-vous vous présenter aux lecteurs de Protegor ?
Sun Lei :
j’ai 40 ans, je suis né à Pékin et j’ai travaillé dans le commerce international pendant 17 ans. Ces 13 dernières années, je travaillais pour une entreprise qui exportait du matériel militaire & police à l’étranger. Un jour de l’été 2000, ma soeur m’a montré un journal où figurait un article sur le « premier magasin militaire à Pékin ». Elle m’a dit : « regarde, ce qu’ils vendent ressemble à ce que tu fabriques & exportes tous les jours, peut-être que tu pourrais faire la même chose, et même en mieux ! ». Et nous nous sommes lancés, avons fait une étude de marché sur Pékin et ses environs, calculé les coûts & l’investissement nécessaires, loué un magasin et 2 mois après, ça commençait. Au début, quasiment tous les produits provenaient du surplus de ce que j’exportais, puis rapidement, cela ne suffisait plus. Certains produits n’avaient pas de marché ici, et inversement les clients avaient certains besoins, des produits que nous ne connaissions même pas parfois. Donc nous avons appris, au contact des clients, des amis et de notre réseau dans ce secteur d’activités, et avons progressé…

PROTEGOR : Et comment est née la marque WinForce ?
Sun Lei : grâce à mon expérience dans l’export, j’avais plus d’informations que mes concurrents. Nous savions par exemple que les clients demandaient des marques comme Blackhawk ou Blackwater ou d’autres marques tactiques américaines connues. Pourquoi sont-elles si chères et si bien accueillies ? Au début, il nous a fallu nous en acheter ou en emprunter pour répondre à la question. Du point de vue de mon fabricant, c’étaient les matériaux utilisés et quelques détails accessoires qui faisaient la différence, et c’est en 2005 que nous nous sommes rendus compte que nous étions capable d’un niveau équivalent de qualité et de détails, pour un prix plus compétitif. Ce fut un gros investissement cependant pour notre magasin de se lancer dans la production. Nous avons enregistré la marque WinForce et commencé par acheter du Cordura 1000D, des boucles Duraflex et d’autres matériaux de qualité. Je me souviens du premier lot produit avec ces matériaux, même les ouvriers disaient « wow, c’est vraiment différent du Polyester 600D habituel ». Nous avons été le premier fabricant de produits tactiques chinois à employer des matériaux aussi haut de gamme, alors qu’à Guangzhou (Canton), ils fabriquaient et continuent à fabriquer des produits de m***… j’ai même trouvé des copies de sacs et étuis de ma marque en polyester là-bas !

PROTEGOR : Qui sont vos clients ? L’airsoft étant interdit en Chine, le tir aussi…
Sun Lei : au début, c’était l’airsoft… on était une super alternative pour eux, et ils venaient pour approvisionner toute leur équipe. Mais en effet après 2-3 ans, la législation a changé et il est devenu très compliqué de se procurer des armes d’airsoft en Chine. L’airsoft est d’ailleurs un « jeu » désormais interdit ici. Nous ne pouvions donc plus fonctionner comme avant. Donc, au-delà de servir les anciens clients des départements de police, nous avons du étendre la gamme de nos produits pour toucher plus de clients. Nous sommes une marque d’équipements tactiques mais on ne peut se restreindre à ce secteur, la majeure partie de nos clients n’étant pas des policiers… nos clients sont à la recherche de matériel solide pour l’outdoor ou tout simplement un port quotidien de qualité.

PROTEGOR : A l’étranger, on dit beaucoup que les chinois copient… qu’en pensez-vous & comment designez-vous vos produits ?
Sun Lei : c’est un fait pour l’ensemble des fabricants sur le marché chinois, tout le monde s’observe et copie, et en fait, même les marques américaines font cela. Comme je le disais plus tôt, des marques copient aussi mes modèles. La réalité est qu’en Chine, on ne sait pas designer un produit comme les américains font, notre marché n’est pas encore assez mûr. Ce que l’on fait en général, c’est plutôt simplifier un produit existant, en supprimant ce qui « trop professionnel & inutile pour la Chine », si cela permet de gagner en coût de fabrication et faire une différence.
PROTEGOR : Vous avez une gamme complète de produits… le marché est si gros en Chine ?
Sun Lei : oui, tout dépend de comment on fait tourner son business, et c’est pour ça que l’on n’a pas été affecté par les copies de nos propres produits.

PROTEGOR : Personnellement, vous êtes airsofter, passionné par l’armée… ?
Sun Lei : Non, ma passion est dans les matériaux et le design. Créer un nouveau produit, c’est ça qui me motive, même si j’ai un certain intérêt pour les armes.

PROTEGOR : Qui sont vos compétiteurs en Chine ?
Sun Lei : si je devais en citer deux : Combat2000 & Flyye. Ils sont tous les deux à Guangzhou (Canton). Ce sont des fabricants d’équipements de super qualité. Ils copient beaucoup, vite et bien et font peu de design eux-mêmes. Ils font de gros investissements et ont une grosse capacité de production, ce qui aide encore à réduire les coûts.

PROTEGOR : Que pensez-vous de Adder ? Rescuer ?
Sun Lei : Adder sont des copieurs de copieurs (rires). Rescuer font de la mauvaise qualité, mais leur marketing est bon.

PROTEGOR : Comment distribuez-vous vos produits à l’extérieur de Chine ?
Sun Lei : Nous avons des distributeurs, travaillons actuellement sur nos gammes de produits (pour les adapter à l’étranger) et refaisons notre site web (www.winforce.com.cn) pour y ajouter une version en anglais et proposer des solutions d’expéditions. Aujourd’hui nous sommes encore dans un processus un peu primitif : il faut nous contacter, nous indiquer ce que vous cherchez, on fait un devis, etc.

PROTEGOR : Un conseil pour un français qui voudrait acheter du produit chinois de bonne qualité ?
Sun Lei : qu’il fasse une commande d’essai… et déjà qu’il achète un produit en Cordura 1000D pour se rendre compte de la différence avec du simple nylon. Attention aux mentions « Nylon 1000D », c’est pas pareil ! Il n’y a pas de miracle, un produit de bonne qualité ne peut pas être au prix le plus bas.